L’Héraldique

Il n’ai pas rare de trouver des blason dans vos recherches, mais que sait-on de l’héraldique ?

De tous temps, et quelle que soit la civilisation, l’Homme a eu besoin d’affirmer son identité et de se faire reconnaître. Cette identification personnelle ou de clan s’effectue à
l’aide d’un système emblématique utilisant de nombreuses figures symboliques.

chevaliers018Un élément essentiel ayant contribué à la « création » de l’héraldique est la reconnaissance sur les champs de bataille des différentes unités combattantes. Pouvoir se rassembler rapidement auprès des chefs de bataille et éviter de s’entre-tuer grâce aux moyens mis à disposition : étandards, fanions…
Une des premières traces écrites correspondant à l’héraldique définie comme telle, remonterait au XI ème siècle, suite à l’énumération des éléments composant les couleurs et détails vestimentaires de chacun des deux combattants qui allaient s’affronter. La personne qui fit cette énumération est par conséquent le premier héraut d’armes (hérault en vieux françois) connu de l’Histoire.
L’héraldique est un Art qui se consacre à l’étude du blason et des armoiries. Il n’est pas faux de parler de « science héraldique ». Aux vues de toutes les règles et du vocabulaire spécifique employé, l’héraldique est une science et un langage.

 

Toutefois, l’étude de l’Héraldique ne s’arrête pas à la représentation graphique ; le héraut doit mémoriser les faits d’armes associés à la personne et être capable de les citer en toutes occasions en fonction des armoiries portées par le chevalier.

blason_ville_fr_lyon_rhone
Blason de la ville de Lyon

Les représentations qu’on trouve sur les écus sont très souvent relatives à une symbolique spirituelle, à un fait d’armes, un peu plus récemment, à une situation artisanale, à un métier, à une corporation ; à l’association du nom avec sa représentation phonétique ou symbolique, géographique, ou encore à un ensemble composé de plusieurs de ces éléments.
Cet art suppose sur le plan graphique, autant une esthétique qu’un descriptif. Le blason dans sa représentation initiale fait appel à l’écu (le bouclier). C’est à partir de ce support « de base » que le blason prend réellement sa valeur spirituelle.

Les différentes parties d’un blason

Le découpage de l’écu est à la fois simple et complexe ; simple car visuellement les lignes de séparation sont des segments de droites, courbes ou rectilignes qui suivent une symétrie simple. Complexe car il y a plusieurs types de découpages, dont certains se superposent, s’emboîtent et d’autres sont invisibles car symboliques ou spirituels.

Fondamentalement, un écu est formé de neuf parties distinctes, encore appelées points. Attention, ces points ne sont pas représentés physiquement sur l’écu, ce n’est qu’un positionnement symbolique.
Par contre, les meubles seront placés en ces points ou à leurs intersections.
Le système de partition de l’écu s’appuie sur les neuf points définis dans l’écu. Ainsi, l’écu de base, de couleur unie, sans ligne de partage est une partition unique parce que non découpée et porte le nom de Plain.

Les émaux

Les couleurs utilisées en héraldique portent le nom d’émaux. Les émaux sont partagés en trois groupes qui sont respectivement : les métaux, les fourrures ou pannes et les couleurs.

L’« émail » est le terme générique pour exprimer les différentes teintes quel que soit le matériau utilisé. Il existe respectivement deux métaux, deux fourrures proprement
dites et leur contre, ainsi que cinq couleurs de base et une couleur composée qui se situe entre l’or et le rouge.
Cette sixième couleur que l’on peut trouver sous le nom de « transmutation », peut varier dans sa teinte de l’orangé au tanné.
Une autre couleur destinée à représenter la couleur chair fit son apparition un peu plus tard et porte le nom de carnation ou carné.
Enfin une toute dernière « couleur » existe et se nomme « au naturel ». Elle est relativement récente et elle est parfois utilisée pour représenter les animaux, les fruits ou encore certains objets dans leur couleur dite naturelle. Enfin une toute dernière « couleur » existe et se nomme « au naturel ».
Elle ne rentre donc pas directement dans le cadre d’une couleur traditionnelle sachant que le dessin représenté « au naturel » peut contenir des nuances de plusieurs coloris.

Blason

Publicités

Une réflexion au sujet de « L’Héraldique »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s